Le PACBO : 3, rue des Bonniers Marins
59310 ORCHIES - 03.20.71.79.10

Anne Roumanoff : “Tout va bien !”

Samedi 16 novembre 2019 à 20h30

La Vague du Rire Festival de l'humour #8 présente : Anne Roumanoff dans "Tout va bien !"

Anne ROUMANOFF revient avec un tout nouveau spectacle : "Tout va bien !".

Tout va vraiment bien ? Au menu, les réseaux sociaux, Emmanuel Macron, le politiquement correct, les femmes divorcées, la start-up nation, les sites de rencontres, le culte de l'apparence… Anne Roumanoff n'a jamais été aussi mordante, sensible, libre et rayonnante que dans ce nouveau spectacle.

Interview

Sur cette affiche, on a l’impression que c’est une nouvelle Anne Roumanoff ?
J’ai eu pas mal de changements dans ma vie personnelle depuis deux ans, j’ai eu envie que ça se traduise sur scène, donc aussi sur l’affi che forcément. Après 30 ans de scène, je me sens à la fois plus libre et plus sereine mais j’ai aussi l’impression de mieux savourer le plaisir d’être sur scène.

De quoi parle ce nouveau spectacle ?
Je porte un regard ironique sur l’époque à travers diff érents personnages : une coach en humour politiquement correct, une bouchère qui explique comment fonctionnent les cookies sur internet, une dépressive qui a lu tous les livres de développement personnel. J’ai écrit une fable « les poulettes et le cochon » qui évoque le mouvement « me too ». Il y a aussi des passages stand up où je raconte les femmes divorcées, les rencontres post-séparation, les ados qui ne lisent pas et qui vous hurlent dessus… Je termine le spectacle avec un bistro où je commente l’actualité politique récente. C’est un spectacle
très ancré dans l’époque , je le joue depuis juillet en tournée. Pour l’instant, l’accueil est vraiment très bon.

Vous ne portez plus de rouge sur scène ?
J’avais envie de changer. J’ai une chemise multicolore mais le pantalon sera rouge. Sauf si je change d’avis, je suis balance, j’hésite beaucoup.

Vous avez fêté vos 30 ans de scène à l’Olympia l’an dernier, avez-vous une idée de la clé d’un tel succès ?
Je pense que l’élément essentiel pour durer dans ce métier, c’est la passion et la fraîcheur. La fraîcheur, c’est le plaisir d’être sur scène. A cela, il faut aussi ajouter beaucoup de travail, j’essaye toujours de me renouveler, de me surprendre pour surprendre le public. Je m’intéresse aussi beaucoup à ce que fait la nouvelle génération qui est très talentueuse. C’est comme quand on fait de la musique, il faut être au courant de ce qui se fait. Je passe beaucoup de temps sur scène, je sillonne en permanence la France de long en large depuis plus de 30 ans et j’ai eu la chance de jouer mes spectacles longtemps, ce qui me permet de garder un contact permanent avec le public et de ne pas être trop tributaire des effets de
mode. Après, dans le succès, il y a toujours une part qu’on ne maitrise pas, c’est l’affection du public et j’ai la chance que le public m’aime bien.

Si vous aviez un conseil à donner aux jeunes artistes ?
Le plus important, il me semble, c’est de ne pas copier les humoristes qu’on admire mais de créer son propre style unique et original, sa marque de fabrique. Pour ça il faut passer un peu de temps à creuser en soi, se demander ce qu’on veut dire, si on a quelque chose à dire, comment on veut le dire... Après, le plus dur, bien sûr, ça n’est pas de percer mais de durer.

Vous êtes à la radio sur Europe 1 tous les jours, comment c’est compatible avec 150 dates de tournée ?
Ça demande pas mal d’organisation et beaucoup de travail mais c’est un privilège pour un artiste d’avoir la possibilité de faire tout ça. Après il faut essayer de préserver des moments pour sa vie personnelle.

Vous écrivez aussi dans le Jdd toutes les semaines, vous préparez un film, pourquoi une telle boulimie de travail ?
Toutes ces activités tournent autour de l’écriture. L’écriture a pris une place très importante dans ma vie. J’aime jouer ce que j’écris, écrire ce que je vais jouer et pourquoi pas un jour, écrire sans jouer.

Pourquoi ce titre « Tout va bien »?
Parce que si je l’avais appelé « tout va mal », j’aurais eu moins de monde. En fait l’idée, c’est que tout ne va pas si mal et que, malgré tout ce qui ne tourne pas rond, on peut quand même essayer d’aller bien.

 

Biographie

Vous pensiez tout savoir sur Anne Roumanoff ?
Les basics certes : des études à Sciences Po, un premier spectacle aux Blancs Manteaux, ses radios bistros chez Michel Drucker, ses débuts sur France inter, ses succès sur Europe 1… Mais ça, c’est pour la façade !

Premier aveu.
Le conformisme n’a jamais été pour elle. Une famille atypique, bobo avant l’heure et athée. Des origines russes ashkénaze d’un côté et sépharade marocaine de l’autre. Cela donne les bases du mix Roumanovien : timide et extravertie, angoissée et joyeuse. Du théâtre dès
ses 12 ans. « Tu te donnes jusqu’à quel âge pour échouer ? » lui demande son père. « 25 ans », elle répond.

Anne Roumanoff n’a pas d’âge si ce n’est 31 ans de carrière.
La mode ? Connaît pas. Le public ? Toujours là. Au gré des années, elle remplit les salles où elle se produit. En 1998, l’Olympia avec « Complètement Roumanoff ». Bobino pendant deux ans avec « Follement Roumanoff ». En 2012, le Théâtre du Palais-Royal avec « Anne Rougemanoff ». Le 2 février 2015, le spectacle « Aimons-nous les uns les autres » est créé à Olympia et retransmis simultanément dans 169 cinémas en France, en Suisse et en Belgique. Ça ne s’arrête jamais ! L’Alhambra à Paris en 2015 et 2016 pendant deux fois six
mois… un an ! Et ça continue… 2019, avec un tout nouveau spectacle « Tout va bien ! ».

Anne Roumanoff est une warrior pour ceux qui ne l’auraient pas compris.
Quand elle ne se produit pas à Paris, elle joue partout ailleurs : de la Suisse au Québec, en passant par la Belgique, le Maroc et la Tunisie, Londres, Barcelone, New-York, Miami, San Francisco et Los Angeles. Mais ce n’est pas tout ! Depuis dix ans, elle écrit une chronique hebdomadaire sur l’actualité dans Le Journal du dimanche. En 2015, officier de l’ordre des Arts et des Lettres. Une dizaine de livres d’humour publiés. La première femme à être rentrée dans la collection Pensées et répliques, aux Éditions du Cherche Midi. Le grand prix d’humour de la Sacem 2009 et de la Sacd en 2017. Et la vie perso dans tout ça ? Une femme qui vibre, qui jongle, qui virevolte avec ses deux filles, une liberté reprise et une belle complicité parentale avec leur papa. Bien sûr qu’elle va faire de tout cela quelque chose : un film ! Une comédie sur le divorce dont le tournage est prévu pour 2019. Comment oublier son émission « Ça fait du bien » du lundi au vendredi
sur Europe 1 ! Ça tombe bien, elle va très bien en ce moment la Roumanoff ,… et c’est loin d’être fini. Anne Roumanoff , sage et folle à la fois ? Une chose est sûre, sa statue au Musée Grévin risque d’être fatiguée avant elle.

En accord avec Vaillant Spectacles. Crédits photos Christophe Lartige (affiche), et Ingrid Mareski (studio)

 

Tarif : 35 € / 40 € / 45 € - Billets en vente au PACBO

Billetterie

 

Billets également disponibles à la FNAC, au FURET DU NORD, sur les réseaux FRANCEBILLET et TICKETMASTER.